Un Dieu qui guérit

Je voudrais vous partager ce témoignage d'une soeur que j’ai rencontrée à Madagascar, en 2014, et avec qui j’ai prié. Pour la Gloire d’Un Seul Nom: Jésus-Christ ! Ce témoignage date d'il y a maintenant 3 ans, mais qu'il est bon de se remémorer des bienfaits de Dieu dans nos vies !
Bonne lecture !


Née dans une famille aisée mais traversant de nombreuses difficultés, avec un père violent en alcoolique, une mère spasmophile, rien n’était favorable à la santé de mon cœur. J’étais souvent prise de douleurs insupportables, qui me perçaient la poitrine, quand j’étais triste. A 12 ans, j’avais fais une crise « non-identifiée » : je n’arrivais plus à monter les escaliers et la nuit, à cause de la douleur, je ne dormais presque pas. D’urgence nous sommes donc allés voir un cardiologue, mais selon lui, j’étais trop jeune et surtout trop frêle pour supporter une cardiographie. J’ai donc été sous traitements quelques temps, et j’ai surtout fait beaucoup de sport pour me soulager. Souvent rejetée, notamment à l’école, j’ai grandi solitaire, en minimisant la maladie et les douleurs pour ne pas inquiéter ma mère. 
A 18 ans, après une violente dispute entre mes parents, j’ai fait une crise, accompagnée de douleurs atroces, qui m’a amenée directement aux urgences. Là, ils m’ont fait une radiographie pulmonaire : j’ai découvert que j’avais une insuffisance cardiaque, un système cardio-vasculaire anormal, une anomalie aigüe. J’étais prise de panique : j’étais vraiment malade, au fond je l’ai toujours su, mais là, je ne pouvais plus me voiler la face. Par la suite, ma mère est tombée gravement malade, et évacuée aux Etats-Unis pour six mois, nous nous sommes retrouvées, ma sœur et moi, seules avec mon père. Je vous épargne les détails, mais cette période a été difficile, et le mot est léger… J’ai donc été amenée à travailler au retour de ma mère, ce qui ne m’a pas empêché de finir mes études : je suis devenue avocate. Ma maladie persistait, je faisais des exercices de respiration pour soulager mes crises qui ne cessaient de s’amplifier, mais je n’avais plus d’argent pour me soigner. Une cardiographie était trop chère pour moi, j’ai donc décidé de passer outre. Le temps passait, mon âge également, j’ai donc rencontré un homme, je l’ai aimé, mais mon cœur, déjà fragile, fut brisé.
En 2012, je suis née de nouveau, j’ai rencontré Jésus, je me suis repentie et je Lui ai donné ma vie. Ce fut le plus grand des miracles… Toutefois, ma maladie me faisait toujours souffrir, et le diagnostic était sans appel : une névralgie intercostale. On m’a appris que Jésus guérissait les malades mais même après ma conversion, je ne pouvais saisir cette vérité ! Je me disais que c’est peut-être mon fardeau que de porter cette écharde dans mon corps, et j’ai minimisé les miracles que Jésus voulait me montrer. Mais au fil du temps, Dieu a mis sur mon chemin des frères et sœur dans la foi, et j’ai découvert une famille où les gens dont la vie était joie, amour et miracles ! Moi, chrétienne timide que j’étais, je gardais cette conviction que si ma vie était dure, c’est parce que je le méritais ! Mais le Saint Esprit, à travers mes amis, m’a ôté de cette solitude, acceptée et accueillie dans la famille de Dieu, j’ai été encouragée, et surtout j’ai appris que personne ne mérite rien : il n’y a qu’un seul Dieu juste qui nous donne la grâce par Jésus-Christ. J’ai compris qu’en Lui j’hérite de toutes les promesses éternelles, j’étais émerveillée ! Un jour, Anne-Muriel, une sœur en Christ rencontrée grâce à des amis en commun sur Facebook, est venue à Madagascar en vacances. Nous nous sommes donc vues et avons sympathisé, c’est comme si nous nous étions toujours connues ! Elle a donc prié pour moi et durant cette prière, je sentais une douce chaleur envahir mon cœur, un visage me souriait, cette présence qui a toujours été là, mais que je n’arrivais pas à saisir. Cette sœur m’ai juste aidée à ôter mes mains de mes yeux, elle a redressé mon dos recourbé : « Tu es une fille de Dieu, tout est différent maintenant ». Je me suis inspirée de son enthousiasme, et j’ai compris que Dieu pouvait et surtout voulait me guérir ! J’ai ouvert les yeux de la foi, et j’ai compris que si je croyais, j’allais voir la Gloire de Dieu ! J’ai appris, à travers elle et d’autres frères et sœurs en Christ, à me saisir des bénédictions célestes et terrestres qui m’attendaient ! Personne n’avait posé sa main sur mon cœur avant cela, et alors que Jésus oeuvrait à travers elle, je me demandais quand même : est-ce possible ? Est-ce vraiment possible ?…
Un mois plus tard, j’ai vu une personne en provenance du Canada pour me soigner par l’ostéopathie ; elle me dit : mais tout va bien pour vous Mademoiselle ! Je lui ai demandé ce qu’elle racontait, parce que j’étais atteinte d’une névralgie intercostale, et que c’est héréditaire, que c’est la vie, et que je me soigne et je veux bien croire à la guérison miraculeuse mais pas immédiate ! Pourtant, mes sommeils devenaient calmes, je n’avais plus de douleur, et je montais bien les escaliers, et je respirais bien. Tout ça en quelques jours ! Pour moi, c’était vraiment trop, je ne voulais pas y croire, et je refusais de faire une cardiographie même si j’avais les moyens. En réalité, j’avais encore peur que l’on me dise que j’étais malade.
Pourtant, Dieu ne voulait pas me laisser dans l’incertitude. J’ai donc découvert une formation en Inde qui m’intéressait, pour y accéder, j’ai donc du faire des visites médicales, des tests d’aptitude, et dans la liste des choses à faire il y avait la fameuse radio pulmonaire et cardiaque et mon groupage sanguin. Je redoutais tellement cela, inutile de vous dire que je ne pus m’empêcher de stresser à cette idée ! Mais voilà… je vous cite textuellement ce qu’il y a d’ écrit sur l’interprétation de ces examens du 10 Septembre 2014 :
Absence de lésion pleuro-parenchymateuse visible – silhouette cardio-vasculaire normale – pas d’anomalie osseuse 
Rhésus sanguin : B+ 
Tous les tests négatifs
Vous savez ce que cela veut dire ? Cela signifie que je suis guérie ! C’est un MIRACLE, car la névralgie intercostale ne se guérit pas, elle se soulage et le patient risque en permanence de faire un arrêt cardiaque ! Mais moi, Christ m’a guérie ! Dieu m’a guérie ! Et j’ai découvert que Dieu m’a dotée du groupe sanguin B+, les caractérologues savent que c’est le meilleur groupe sanguin ! Je suis devenue une personne optimiste et pleine de vie, Dieu a tout changé en moi et m’a ouvert les yeux sur ma réelle identité.
Bon… j’ai encore quelques allergies à la poussière, de la sinusite, mais tout cela peut se soigner, et le plus grand miracle, c’est qu’à travers cela, j’ai compris qui j’étais vraiment en Jésus !
Cette guérison est un des plus grand miracles que j’ai vu, avant, j’avais tellement peur que mes enfants souffrent également de maladies cardiaques, mais Jésus a brisé les chaînes ! Tout est accompli !
Je crois en Jésus-Christ, je crois en Son Amour, je crois en la puissance de la prière et la puissance d’une foi aussi petite qu’un grain de Sénevé. Ce que Jésus a fait pour moi, Il peut le faire pour vous !
Nathalie

En espérant que cela vous inspirera, vous édifiera, et vous rapprochera du Roi des rois ! Soyez abondamment bénis !

Commentaires